Journal November 15-18, 1961
11-15 La conférence était très bien, tout en substituant une bombe pour une autre: la mission n’est pas encore divisée, bien que ├ža peut arriver n’importe quel jour. Mais ce qui est arrivé est peut-être plus dérangeant encore: les Mobylettes seront bientôt interdites aux missionaires à cause de leur caractère dangéreux. Au lieu des Mobylettes, l’Église va acheter des machines plus vigoureuses (Vespas ou Lambrettas, en toute probabilité, comme à quelques autres missions) et nous les louer pour $5.00 par mois. C’est évidemment une très belle chance pour les missionaires qui n’ont pas déjà acheté une Mobylette, mais on dit que c’est très difficile à vendre une “Mobylette d’occasion.” Ainsi, je me tiens à perdre quelques sous considérables, à moins que je n’aille pouvoir la vendre à quelque membre de l’Église par ici.

Mais tout cela n’était point le but principal de la conférence. Nous y avons allés afin d’entendre des paroles des présidents Moyle, Tanner, et Hinckley. Et ils nous ont parlé avec de l’intelligence et avec du pouvoir, en nous exhortant à faire nos propres devoirs et à obéir aux commandements du Seigneur et aux conseils de Ses serviteurs. On a inventé une devise qui a plu au président Tanner (qui aime les devises peut-être trop, lui): Chaque membre un missionnaire; chaque missionnaire un missionaire; chaque investigateur un membre.

11-16 On m’a appris aujourd’hui l’intention d’une expression de l’argot missionnaire: le tube. Notre famille algérienne s’est allée par le tube ce soir, à cause de l’endurcissement du coeur de la femme. Elle a parlé trop, et son mari pas assez. Et, par conséquent, nous n’allons pas les enseigner.

[34] La journée était snafuée parce que nous ne sommes arrivés qu’à 4h00 du matin, et ainsi nous avons été un peu en retard à nous mettre au travail. Mais demain nous commencerons de bonne heure encore.

11-17 Une journée de divertissement assez fébrile aujourd’hui. La porte-à-porte nous occupait toute la matinèe, après laquelle nous avons rendu visite aux
11-15 The conference was lovely, even as it traded one bomb for another: they didn’t divide the mission yet, though that could happen any day. But what did happen may be even more troublesome: soon, they’re going to say that missionaries can’t have Mobylettes any longer, because they’re dangerous. Instead, the Church will buy more sturdy machines (Vespas or Lambrettas, probably, as in some other missions) and rent them to us for five bucks a month. This is clearly good luck for the missionaries who haven’t already bought a Mobylette, but they say it’s tough to sell a used Mobylette. So I’m likely to lose considerable money, unless I can sell mine to some local Church member.




But that’s not what the conference was about. We went there to hear the words of Presidents Moyle, Tanner, and Hinckley. And they spoke to us with intelligence and power, urging us to perform our own duties and to obey the Lord’s commandments and the counsels of His servants. Somebody invented a motto which caught President Tanner’s fancy (he may like mottos too much): Each member a missionary; each missionary a missionary; each investigator a member.



11-16 Today, I learned the meaning of a missionary-slang expression: the tube. Our Algerian family tubed out this evening because of the wife’s hardness of heart. She talked too much, and her husband not enough. So, we aren’t going to teach them.


The day was snafued, because we didn’t get back until 4:00 in the morning; so, it took us a while to get back to work. But tomorrow we’ll get started early again.



11-17 A rather feverish diversion day, today. Tracting occupied the whole morning, after which we visited

Back a Page
(Journal)
Such a Life
Contents
First Mission:
section start
First Mission:
page index
Rennes:
page index
Next Page
(Journal)
Welcome Stories Sections Such a Life People Places Site Search Do You Know?
Updated Aug 2014 [029journal.htm] Page 32-042